Le projet

Handiclap : la culture par tous et pour tous

Une expression artistique qui intègre les notions d’accessibilité et de handicap

Le festival Handiclap piloté par l’APAJH44 soutient le même objectif depuis sa création : favoriser par l’expression artistique, l’inclusion des enfants et adultes handicapés et ce, quel que soit leur handicap. Le festival fédère autour de ce projet commun des associations, des personnes, des organismes qui se sentent concernés par le handicap et qui se soucie, par le biais artistique, de l’accessibilité de la culture par tous et pour tous.

L’équipe du Festival

DCIM104GOPRO

Montage_Handiclap_2014_@_Asso_AILES_BD-11

DCIM104GOPRO

Handiclap, 29 ans d’histoire…

En 2013, le Festival s’implante sur l’Île de Nantes
Pour la quatrième année consécutive, le Festival Handiclap se tiendra sur l’Esplanade des Riveurs, à proximité des Machines de l’Île de Nantes, lieu emblématique et identifié des nantais. En collaboration avec le collectif Quai des Chaps, l’APAJH 44 organise la 29ème édition cette année.
La scénographie de ce nouveau lieu sera réalisée pour la 3ème année consécutive par les jeunes de l’IME Val-Lorie, un établissement de l’Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés de Loire Atlantique dans le cadre de leurs ateliers préprofessionnels.

L’édition 2012 signe un nouveau concept
Alors que le festival Handiclap avait lieu sur 10 jours dans plus de 15 villes partenaires en Loire-Atlantique sur plusieurs dizaines de lieux, pour ses 25 ans son organisation change. À partir de cette édition, Handiclap inaugure un festival qui se recentre sur 4 jours dans une ville. Dans le souci de proposer un événement riche et varié, Handiclap présente une programmation toujours aussi multi-artistique pour que chaque public puisse s’y retrouver, se rencontrer, dialoguer.En dehors des dates du festival, l’APAJH44 et Handiclap ont souhaité asseoir leur rayonnement départemental voire régional. Ainsi, toute l’année, en dehors des dates du festival, d’autres manifestations en lien avec les valeurs de l’APAJH44 et de Handiclap sont proposées et labelisées « Handiclap ».

Les années 2000, le rayonnement sur tout le département
En l’an 2000, l’APAJH44 célèbre ses 30 ans d’existence. Les années 2000 continue à consolider la notoriété du festival, à lui donner plus de visibilité. En 2007, le festival fête ses 20 ans, et en 2009 Handiclap et l’APAJH44 accueillent une délégation de l’Association pour handicapés moteurs de Rufisque au Sénégal. La même année engendre une création avec la Compagnie Brumachon : des handicapés en fauteuil dansent avec des danseurs professionnels.

Les années 1990, l’ouverture, les expérimentations & les rencontres
Le Clap du cinéma se transforme en Clap du bravo et le slogan sous-jacent est : « Fais la fête, pas la quête ». Cette période marque l’ouverture du festival à d’autres arts : les arts plastiques, le théâtre, la littérature, la musique. Elle marque également une ouverture géographique, avec d’autres lieux d’accueil du festival à Nantes.

> Quelques événements marquants de la période :
1999 : Création d’un conte fantaisiste visuel et sonore pour les enfants des centres APAJH, des écoles de Thouaré-Sur-Loire et de Saint-Nazaire. Autour des disciplines artistiques, beaucoup de débats, de conférences de partenariat avec le monde institutionnel et économique, la naissance du marché des CAT au Bouffay…
1997 : Une thématique forte sur la photo en partenariat avec la FNAC. Giacomelli, le

photographe italien des minorités
Bavcar, photographe aveugle. Avec des initiatives financées par du mécénat privé : exposition organisée par l’Atelier 3 (J.L Bernard) et le centre d’art différencié de Liège (Belgique)
Le projet de Nantes New-York qui rassemble des photographes handicapés, moteur, basse vision, intellectuel accompagnés par des photographes de l’atelier 3 et de l’agence Ponctuation.
1995 : Un atelier de cirque à Rezé avec les enfants des Centres APAJH encadrés par l’équipe d’Annie Fratellini pendant les vacances de février, dans le cadre d’un stage et production effective en 1ère partie du spectacle de cirque, 8 jeunes du centre APAJH de la Durantière et 8 jeunes du centre ACCOORD des Bourderies travaillent ensemble pour la 1ère fois.
1994 : La musique avec le jazzman Michel Pétrucciani et en avant-programme une symphonie créée par les élèves d’un centre APAJH encadrés par des musiciens de l’OPPL, préparés sur des temps de loisirs.
Les arts plastiques avec des jeunes handicapés de Lavaur / Centre de Jeunesse au plein air près de Toulouse, venus en transfert pendant le Festival.

Les années 1980, la naissance
En 1988, le 1er festival Handiclap né. Son nom rappelle le célèbre « Clap » du cinéma. Pour cause, c’est le cinéma qui guide les premiers pas du festival avec, notamment, un partenariat fort avec Le Concorde, qui, à l’époque, est le seul cinéma accessible pour les personnes en situation de handicap. Un plan incliné pour les fauteuils a été fabriqué spécialement pour le festival. Cet attachement au cinéma a marqué les quatre premières années du festival avec la projection de 5 à 7 films par festival, tous suivis de débats. Chaque film faisait l’objet d’une sélection de qualité. Parmi eux : Les enfants du Silence, Elephant Man, Mask, L’enfant Sauvage…

Les années 1970, l’impulsion
En 1977, à l’initiative d’un établissement APAJH, se crée une commission «pédagogie et éducation » composée de psychologues, de médecins et d’enseignants qui débattent et accompagnent les parents dans leurs parcours d’intégration scolaire et de vie. En 1978, cette commission impulse en partenariat avec Monique Saladin, un premier débat autour du film « Le Neveu Silencieux » au cinéma Le Katorza.