>> LAS AVES à l’affiche du Festival Handiclap 2017

Las Aves est un gang du futur. Mystérieux, avant-gardiste.

Leur premier album, Die In Shanghai, en est le manifeste brûlant, révélant l’existence d’une pop résolument nouvelle. Tenues blanches, tatouages, imagerie Arty posent les codes d’une musique à la troublante modernité.
Pour cet album, la bande a recruté des partenaires de choix : le visionnaire Dan Levy (moitié du duo The Do) pour la production, l’artiste indonésien Ferry Gouw (le cerveau graphique derrière Major Lazer) qui a dessiné leur emblème doré, le peintre hyperréaliste Jacques Parnel pour la réalisation de la pochette, ainsi que le réalisateur américain Focus Creeps (Arctic Monkeys, Trash Talk, King Krule) pour les clips.
Est ainsi né un album ambitieux, attaché à brouiller les pistes, où l’intelligence musicale côtoie l’énergie brute d’une émotion incarnée. Art Pop, Future Rock, Heavy R’n’B, il faudrait inventer une dénomination pour qualifier cet opus novateur, dont les 11 titres font mouche à chaque écoute.
D’ailleurs, toute la musique de Las Aves semble hurler qu’elle est différente elle aussi, ne se rattachant à aucune mode, ne s’autorisant aucune facilité.
Impossible de résister à cette énergie enflammée, impos-sible de ne pas vivre cette communion électrique qui a fait leur réputation !
Leur premier album DIE IN SHANGAÏ est sorti le 27 mai chez Cinq7 / Wagram.